Réforme du collège : la position de la FCPE 22
Le conseil d’administration de la FCPE 22 s’est prononcé contre la réforme du collège lors de son conseil d’administration de juin 2015.

Lors de son congrès de novembre 2015, les adhérents ont pu apprécier les différents points de vue en œuvre dans la sphère éducative concernant cette réforme.

Les FCPE départementales suivantes ont rejoint la position critique: FCPE22, FCPE95, FCPE02, FCPE50, FCPE39, FCPE16, FCPE67, FCPE01, FCPE04, FCPE33, FCPE2a, FCPE55, FCPE Réunion
Parce qu’il participe à la construction du futur citoyen, nous sommes très attachés à la pérennité du collège unique. Nous considérons qu’il propose une transmission de savoirs maîtrisés et ancrés dans l’histoire collective, des enseignements riches et variés qui ouvrent sur la complexité du monde. Il est un atout pour la jeunesse de notre pays.

La réforme du collège, aujourd’hui proposée, a comme objectif « de permettre à tous les élèves de mieux apprendre pour mieux réussir ».

Nous déplorons l’absence d’ambition et l’incohérence des nouveaux programmes, qui ont été par ailleurs rejetés par le Conseil Supérieur de l’Éducation.

Nous nous inquiétons du fait qu’une majorité d’Inspecteurs Pédagogiques Régionaux (IPR), qui constituent les pierres angulaires du contrôle et de l’accompagnement de cette réforme sur le terrain, dénonce le manque de préparation de cette réforme et pointe les risques liés à sa mise en œuvre précipitée dès la rentrée 2016.

Nous pensons également que l’autonomie accrue des collèges conduira inévitablement à une mise en concurrence déloyale des établissements et sera source d’inégalités entre élèves.
Enfin, pour diminuer la fracture sociale, pour faire réussir tous les élèves et pour que l’école de la République redevienne le ciment de la Nation, nous exigeons que le Ministère de l’Éducation Nationale mette les moyens nécessaires à sa réussite. Or, nous considérons que cette réforme en manque cruellement !
Sans moyens supplémentaires, la réforme du collège est vouée à l’échec ! Dans ces conditions, comment envisager sereinement son application ?
Nous considérons que, sans prise en compte de nos revendications, sans notre adhésion, et celle des principaux acteurs de l’éducation, cette réforme ne pourra pas être mise en place de manière efficace.
Aussi, nous appelons Madame la Ministre de l’Éducation Nationale à suspendre immédiatement son projet de réforme et à ouvrir une véritable concertation avec l’ensemble de la communauté éducative.